Développer ses connaissances en économie sur Internet

Contenu

L'économie
La finance
L'éditeur

Références
Economistes
Les courants
La recherche

Actuellement...
e-Learning
Le forum
L'actualité

Opinions
La chute du dollar
Une hausse des taux ?
Subventions américaines
Le déficit budgétaire US
La fin des quotas textile
Le marché des changes
Le marché du pétrole
Les prix du pétrole
Bulle immobilière ?
Les archives

Internet
Spywares
Antivirus
Sans-fil
Blogs
Jeux

Liens
Forex en ligne
Economie 2000
Autres liens

Valid XHTML 1.0!

© e-Economie
1997 - 2006

Le marché des changes

Le marché des changesLe marché des changes (Foreign Exchange ou FOREX en anglo-américain) est le marché sur lequel s'échangent les devises les unes contre les autres. C'est le plus important marché financier du monde avec des volumes d'échanges quotidiens qui dépassent 1500 milliards de dollars !

A la différence des marchés d'actions (ou des marchés de futures ou options sur devises), sur le marché des changes il n'y a pas de cotations centralisées (fixing) mais uniquement des transactions de gré à gré (OTC, Over The Counter dans le jargon boursier). Cela signifie que les opérateurs entrent en contact les uns avec les autres de façon individuelle, par téléphone ou réseaux informatiques.

Les principales bourses de change actuellement sont Londres avec environ 30% du marché, New York avec 20%, Tokyo avec 12%, Zurich, Frankfort, Hong Kong et Singapour avec environ 7% chacune, suivi de Paris et Sydney avec 3% chacune. Le marché fonctionne donc 24h/24 et cinq jours par semaine, de Sydney le lundi matin (en réalité le dimanche après-midi pour nous) jusqu'au vendredi midi (fin d'après-midi à New York). Ainsi un investisseur (peu importe l'endroit où il vit) en contact avec un courtier de change sur chacun de ces marchés peut être actif 24h/24 !

Vus les volumes échangés, c'est un marché extrêmement concurrentiel car aucun opérateur ni même aucune banque centrale ne peut espérer modifier par ses interventions le taux de change de devises comme le dollar US, l'euro, le yen ou le franc suisse (voir l'article sur la chute du dollar). Par contre à travers leurs déclarations publiques, les responsables politiques ou monétaires exercent bien sûr une influence (par exemple le dirigeant de la Fed Alan Greenspan ou le Secrétaire américain au Trésor).

L'essentiel de l'activité consiste en échange de devises contre le dollar US (euro-dollar, yen-dollar). Les opérateurs choisissent donc une paire de devises sur laquelle ils vont travailler, par exemple USD/EUR. La cotation se note toujours en indiquant le cours d'achat / le cours de vente. Par exemple : USD/EUR = 0,7563/0,7567

Cela signifie que vous avez la possibilité d'acheter 1 dollar pour 0,7563 euro ou de vendre 1 dollar pour 0,7567 euro. A New York les lots sont de 100 000$ et il existe un effet de levier qui peut être (cela dépend des courtiers) par exemple de 1%. Seuls 1000 $ suffiront dans ce cas à un investisseur pour agir sur 100 000$. Supposons que vous pensiez que le dollar est sous-évalué par rapport à l'euro. Vous allez donc acheter des dollars, car vous pensez que sa valeur va augmenter; simultanément vous vendez des euros (vous jouez la paire USD/EUR).

Imaginez que vous ayez eu une bonne intuition Le FOREX ou marché des changes, et que l'USD/EUR monte à 0,7597/99. Vous pouvez maintenant vendre un dollar pour 0,7599 ou acheter un dollar pour 0,7597. Vous avez acheté des dollars, vous êtes donc "long" en dollars; simultanément vous avez vendus des euros, vous êtes "short" en euros. Pour réaliser votre profit il vous faut maintenant dénouer l'opération (fermer votre position en jargon boursier) : vendre vos dollars et racheter vos euros.

Vous vendez votre lot de 100 000$ pour 75 970 euros alors que vous l'aviez acheté 75 630 euros, soit un profit de 340 euros. En dollars cela fait un profit (340 euros / 0,7597) de 447 $. Pour 1000 $ d'investissement initial, vous avez gagnez 447 $ soit un retour sur investissement (ROI, Return On Investment) de presque 45% !

Bien entendu le mécanisme de levier peut faire gagner beaucoup, mais perdre aussi beaucoup si votre intuition avait été mauvaise (cela démultiplie les pertes autant que les gains). Le marché des changes est hautement spéculatif, cela va sans dire.

Le 31 décembre 2004 modifié le 7 janvier

Vos commentaires :