Développer ses connaissances en économie sur Internet

Contenu

L'économie
La finance
L'éditeur

Références
Economistes
Les courants
La recherche

Actuellement...
e-Learning
Le forum
L'actualité

Opinions
La chute du dollar
Une hausse des taux ?
Subventions américaines
Le déficit budgétaire US
La fin des quotas textile
Le marché des changes
Le marché du pétrole
Les prix du pétrole
Bulle immobilière ?
Les archives

Internet
Spywares
Antivirus
Sans-fil
Blogs
Jeux

Liens
Forex en ligne
Economie 2000
Autres liens

Valid XHTML 1.0!

© e-Economie
1997 - 2006

Les courants de pensée en économie

Un économiste est une personne spécialisée dans l'étude des phénomènes économiques. C'est un chercheur, un universitaire, qui élabore des thèses relatées dans des ouvrages.

La pensée économique : l'ensemble de la recherche en Économie repose sur les réflexions de quelques grands économistes dont chacun appartient, à l'époque où il a vécu, à une école de pensée ou courant de pensée. Leurs ouvrages ont souvent servi de références à l'analyse économique.

Le début des premiers courants de pensée économique remonte à la fin du 18ème et début du 19ème siècle. Il se confond approximativement avec le début de la révolution industrielle.

Adam Smith, dont le célèbre traité Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, première étude sur ce thème, lui valut d'être considéré comme le père de la science économique moderne.

Les grands courants de la pensée économique :

L'École classique : Adam Smith (1723-1790), Ricardo (1772-1823)

Ils analysent les principales fonctions économiques (la production, la consommation, les échanges) et se montrent confiant dans les mécanismes du marché, pour assurer les grands équilibres et la croissance économique. Ils sont tous partisans du libre-échange.

Trois points fondamentaux caractérisent ce courant de pensée :
  • la liberté des individus (liberté d'entreprendre, liberté de contracter, liberté de concurrence).
  • le marché comme régulateur de l'économie, dont le fonctionnement assure les grands équilibres.
  • la non intervention de l'État dans la vie économique.
  • L'État se contente d'assumer les fonctions régaliennes (la police, la défense nationale, l'Éducation nationale, la justice).
École néo-classique : Menger (1840-1921), Walras (1834-1910) sont les fondateurs

Ils approfondissent et rénovent la pensée classique d'où son nom. Les questions qui les intéressent, entre autres :
  • Comment se forment les prix des biens et des facteurs de production ?
  • Comment la richesse produite est-elle répartie entre les facteurs de production ? (salariés, propriétaires, État).
Classiques et néo-classiques forment le courant libéral

École marxiste : Karl Marx (1818-1883)

Il critique l'économie libérale. L'économie de marché est profondément injuste et inégalitaire. Les individus ne sont ni libres, ni égaux dans la répartition de la richesse (plus-value). Il est à l'origine de l'économie socialiste.

École keynésienne : Keynes (1883-1946)

L'économie de marché n'est que rarement en équilibre. Pour Keynes, l'État doit intervenir dans la vie économique pour rétablir les grands équilibres. Dans sa théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (1936), il justifie le recours au déficit public pour stimuler l'emploi.